Déclaration liminaire CGT à la CAP du 1er fevrier 2017

Déclaration liminaire  CGT à la CAP du 1er fevrier 2017

Mesdames et Messieurs les élus, chers collègues,

Comme nous l’avons déjà évoqué lors des réunions sur le thème de l’avancement au grade d’adjudant durant cette période transitoire, nous adressons ici notre profond désaccord sur les critères de nominations.

Il est utile de vous rappeler que nous étions opposés à cette filière en 2012, là où les élus et certaines organisations syndicales l’avaient vantée. Aujourd’hui, ce sont ces organisations qui ne veulent pas appliquer les mesures qu’elles nous ont forcé à accepter.

En période transitoire de la filière des sapeurs-pompiers professionnels, aucun critère n’est à déterminer pour le reclassement des agents qui tiennent un emploi, dans le grade correspondant; si ce n’est l’ancienneté ou une insuffisance retranscrite lors des évaluations annuelles.

C’est ainsi qu’en 2014 et 2015, 60 caporaux « sap2 » ont été nommés sergents, sans autre critère que leur ancienneté dans le grade!

Il nous parait  inconcevable qu’il en soit autrement pour les sergent INC2, au regard de ce qui est pratiqué pour  les sapeurs-pompiers volontaires où aucun critère n’entre en compte. Pire encore, par un coup de baguette magique, bon nombre d’entre eux sont nommés au grade de lieutenant.

Par ailleurs, à l’heure où nous sommes obligés de nous mettre en conformité avec la législation européenne en vigueur concernant le temps de travail, l’administration annonce que les agents n’effectueront plus de formation sur leur temps de repos (sous le statut volontaire).

Or, parmi les critères de nomination au grade d’adjudant, on retrouve l’implication des agents à la vie associative du centre de secours ou en dehors de leur travail effectif.

N’est-il pas incohérent, d’une part, de limiter la présence des agents durant leurs heures de repos  et  d’autre part, de soumettre les agents pour des raisons d’avancements professionnels à de la vie associative sous des formes aussi diverses que variées durant les jours de repos ?

Récemment, l’administration a même affirmé lors du dernier CHSCT que l’encadrement associatif des JSP ne doit pas être réalisé sur le temps de travail des agents.

Egalement, on note que l’avancement au grade d’adjudant est soumis à l’encadrement de FMPA. Implicitement le SDIS oblige chaque SPP soucieux d’évoluer dans sa carrière à s’investir en tant que SPV.

Enfin, il apparaît que les agents ayant des ICP en deçà des critères requis par le service médical sont exclus de l’avancement à ce grade d’encadrant. D’autant plus si il s’agit d’un accident de service.

Il est bien entendu que pour les adjudants qui tiennent l’emploi de LT2 (chef de garde, chef de salle et chef de groupe)  doivent aussi évoluer dans les mêmes conditions.

L’arrivée d’un nouveau directeur et de son adjoint était synonyme d’un espoir au SDIS 57. Malheureusement, nous constatons que nous discutons beaucoup…mais que tout est déjà décidé préalablement. En effet, les conclusions des réunions de dialogue social ne sont jamais suivies de faits.

Il règne toujours trop d’incohérence au SDIS de la Moselle.

Pour exemple, après des mutations contraintes, on remarque  que des agents sont nommés sur place à des postes pourvus sans avis de vacance.

De même, nous apprenons par l’intermédiaire de la feuille de garde départementale qu’un personnel directeur territorial est nommé Colonel de SPP alors que de nombreux CDT sont titulaires de l’examen de commandant de groupement. Ils n’ont pas pu postuler sur le poste car il n’était pas ouvert, pire encore en le recrutant comme PATS il était déjà convenu de cette passerelle.

Quid des formations de maintien des acquis? Effectivement, on déduit au travers des critères proposés que plus il y a de responsabilités opérationnelles, moins il y a de contraintes de formations: cherchez l’erreur ?

Nous ne parlerons pas ici des projets sous budgétés du CTLD ou autre nouvelle caserne sans jamais évoquer l’embauche de SPP qui fait tellement défaut!

Pour toutes ces raisons, la CGT s’oppose catégoriquement aux critères de nominations des agents de cette CAP et reste profondément attachée à ses propositions de mise en place de critères objectifs une fois l’épuisement des mesures transitoires.

Nous votons donc contre l’ensemble des points de cette commission et nous souhaitons que cette déclaration soit adjointe au compte rendu de séance.

Posted in CAP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *