Déclaration CGT réunion « dialogue social » du 11 mars 2016

dialogue social chaise Déclaration CGT réunion « dialogue social »

du 11 mars 2016

Le dialogue social est inscrit expressément dans le statut de chacune des trois fonctions publiques c’est donc une obligation qui doit s’appliquer aux commissions statutaires des collectivités.

Le dialogue social au SDIS57c’est :

-quand on évince la représentation syndicale des commissions de recrutement pour y mettre des SPP non élus.

-quand on évince aussi la représentation syndicale des commissions de travail qui fonctionnaient  comme l’habillement.

-quand on veut supprimer les heures d’informations syndicales dans les centres de secours et pendant les heures de travail des agents.

-quand on coupe les moyens de travail d’une organisation syndicale pour favoriser d’autres OS.

-quand on ouvre des postes de recrutement sans consultation des organismes paritaires.

– Quand on supprime le mois de « bon sapeur » pour des économies et que l’on gaspille cet argent en habillement non statutaire.

A quoi bon tout énumérer car en réalité le dialogue social au SDIS de la Moselle c’est «  je vous entends mais je ne vous écoute pas. »

Pas moins de 8 réunions qui n’ont abouti à rien… nada !!!

Pour preuve des règles simples comme le respect de la nouvelle filière ne sont pas appliquées, pire encore maintenant elles font tache d’huile sur d’autres centre que Metz.

Des consignes ont été données à Hagondange afin que les adjudants ne prennent plus l’ambulance, cette tache devant vraiment être dégradante pour la laisser aux seuls caporaux et sergents.

Nous fournissons tous les textes réglementaires pour qu’un agent puisse enfin prendre les fonctions de chef d’agrès incendie après 4 mois et moult demandes, aucune réponse n’est apportée…

Nos demandes de renseignements ou de documentations restent sans effets ou alors nous devons insister auprès de la strate supérieure.

Pourtant dès que l’on nous demande un document, ou un renseignement nous nous exécutons,  souvent même en dehors de notre temps de travail.

Malheureusement, des consignes sortent du dialogue social… Lorsqu’ une organisation demande de respecter le repos de sécurité pour éviter que des agents sortent de garde SPP pour prendre des gardes SPV c’est la CGT qui est montrée du doigt.

Pour mieux nous dénigrer certains cadres refusent même les départs anticipés lors de la fin de garde sous prétexte que la CGT l’a demandé en réunion de dialogue social.

Ou alors on refuse des changements aux agents par ce que la CGT est responsable de ce qui se passe sur le temps de travail.

Nous savons tous ici que ce n’est pas nous qui avons demandé au conseil d’état de trancher sur l’application des règles du temps de travail mais nous nous ne blâmons pas le syndicat qui l’a fait car il ne demande que le respect des règles…

On accuse aussi la CGT de demander que tous les adjudants perdent leur 16% de responsabilité alors que nous ne demandons que l’application des textes mais aussi et surtout l’équité entre les agents.

Alors certes le message est peut être transmis par une organisation syndicale malhonnête mais pour autant l’information n’est pas démentie par le service RH.

Que pouvons-nous dire quand le représentant du SNSPP demande en réunion de dialogue social au directeur de faire un faux document sur sa situation personnelle afin de pouvoir se présenter a l’examen de lt2 ?

Que pouvons-nous dire quand cette même organisation a qui était fer de lance de la filière SPP 2012 est la première à vouloir la dévoyer  et   surtout ne pas faire appliquer les mesures transitoires en Moselle?

Comment accepter des propos tel que «  tout le monde ne peut pas être adjudant » alors même que c’est eux qui ont participé a la rédaction des  règles qu’ils ne veulent pas voir appliquer en Moselle ?

Pourtant nous étions contre cette filière mais maintenant qu’elle est en place il faut l’assumer.

Nous vous demandons de mettre un arrêt à cette mascarade de dialogue social et que cesse la désinformation et la diffamation.

Lors du dernier entretien avec le PCASDIS il a clairement été annoncé qu’il fallait respecter les règles ! Que nenni !

Pas moins de 25 heures  de réunions pour qu’aucune des règles simples de la filière de 2012 ou temps de travail ne soit appliqués.

Si d’aventure nous devrions perdre notre temps a des discutions qui n’aboutissent a rien, ni même et surtout au respect des règles nous trouverons d’autre moyens de communications.

Vous nous avez demandé de travailler, nous le faisons mais il faut qu’il y ait des résultats.

Mr le directeur, il est temps d’abattre vos cartes !

Concernant les logements, comment pouvez-vous laisser plus de 80 familles dans le doute ?

Concernant Metz, comment pouvez-vous laisser plus 180 agents, soit plus du quart des effectifs du sdis attendre que le couperet tombe ?

Il est temps d’abattre vos cartes !

Inutile de nous balader de réunion en réunion pour ne pas savoir où vous voulez emmener le sdis et ses 750 agents …

. Des décisions simples doivent être prisent rapidement sans quoi Il n’est pas question pour nous de perdre du temps et de participer à des discutions qui ne sont pas statutaires, le dialogue social, nous l’avons dit en début de déclaration est statutaire et c’est dans ses instances qu’il doit avoir lieu.

 

Merci de votre attention

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *