Communiqué de presse suite journée nationale des pompiers le 11 juin 2016

Sapeur-pompier volontaire, image d’Epinal: La qualité des secours n’a jamais été aussi controversée !

En cette journée nationale des sapeurs-pompiers qui fait la part belle au volontariat, la CGT des agents du Service Départemental d’Incendie et de Secours de la Moselle vous interpelle.

La belle image véhiculée par le SDIS de la Moselle, affichant une mère de famille fière d’accompagner son jeune garçon à un entretien « d’embauche » pour un poste de sapeur-pompier volontaire, cache une toute autre vérité.

L’enfant touche du bout des doigts un rêve que bon nombre de ses camarades de cour de récréation font également. La maman, face à la réalité du travail, est alors soulagée que son enfant mette un pied dans la vie active.

Or, il est important de vous apporter quelques informations.

Depuis 2014, les pompiers professionnels ont dû se mettre en conformité avec les règles dictées par l’Europe en matière du temps de travail. Cette diminution du nombre d’heures de travail (1128h par semestre, plafonnées et effectuées) couplée à l’augmentation constante de l’activité opérationnelle, rajoutent au manque alarmant d’effectif.

A ce constat, les élus répondent clairement : « NOUS N’AVONS PAS VOCATION A DIMINUER LE NOMBRE DE PROFESSIONNELS, NI A L’AUGMENTER… »; et ajoutent « les volontaires permettront de conserver le maillage territorial. C’est une richesse de notre organisation. Il faut qu’elle perdure.
Pour ces volontaires, il faut convaincre les employeurs de libérer du temps ». (M. Richefou, président de la Conférence Nationale des Services Incendies et Secours)

En ces temps de crise, il attend clairement que les entreprises libèrent des employés pour qu’ils effectuent des missions de service public. Prochainement, ces enfants seront peut-être détachés de leur scolarité pour contribuer à la réponse opérationnelle des services de secours ?

Coup de boutoir, les propos du Colonel Faure, président des pompiers de France : « Aujourd’hui, le bon pompier est celui qui est disponible ».

Localement, le SDIS de la Moselle fait massivement appel aux emplois dits « d’avenir » (1000€ mensuels), pour panser le sous-effectif quotidien des pompiers-professionnels. De surcroît, le SDIS 57 attend de ces jeunes pompiers bon marché en contrats précaires, soient également volontaires.

Tel un paradoxe, la législation française, alors que pompiers professionnels et volontaires assurent les mêmes missions, ne soumet absolument pas les concernés aux mêmes règles de repos de sécurité !

Alors que nos élus ont « sauvé » le statut des pompiers volontaires en légiférant leur sort ; d’un côté ils considèrent que l’engagement citoyen est pris librement sur son temps libre, de l’autre les services départementaux imposent « librement » aux volontaires des gardes postées en caserne !

Le jeune pompier volontaire qui attend impatiemment l’ouverture d’un concours de pompier professionnel devra donc sans mot dire, se montrer régulièrement disponible auprès du « département employeur ».

Finalement, voyant le temps passé sans réel avenir professionnel, les sourires des débuts tournent vite à la grimace…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *