Déclaration liminaire intersyndicale au CASDIS du 14 octobre 2019

Déclaration liminaire intersyndicale au CASDIS du 14 octobre 2019

Les sapeurs-pompiers professionnels sont en grève depuis le 26 juin 2019.

Ils dénoncent leurs conditions de travail, de départ en retraite mais aussi et surtout le manque de reconnaissance et le mépris de nos élites envers la profession.

Mesdames, messieurs les élus ne soyez pas rassurés que ce mouvement soit un mouvement national, ce mouvement prend son essence même au niveau local et pour les mêmes revendications.

Monsieur le président, comment expliquez-vous qu’après 4 mois de grèves et deux préavis locaux de notre intersyndicale, vous n’ayez pas daigné recevoir les représentants?

Monsieur le président, quand l’ensemble  des organisations rejettent vos propositions de règlement opérationnel au comité technique de juillet et, sans aucune réunion de concertation, vous le repassez en septembre  pour qu’il ait un avis favorable au CASDIS.

C’est cela que vous appelez «dialogue social» ?

Et quand  les organisations syndicales n’adhèrent pas à vos pressions, vous obligez vos chefs de centre à vendre vos projets aux agents en oubliant que les organisations syndicales sont élues dans les instances et qu’elles portent les voix des agents.

Monsieur le Président, ne vous en déplaise, cela s’appelle la démocratie.

Si nous autres OS dénonçons vos changements organisationnels, c’est bien parce qu’ils mettent à mal le service public que nous adorons tant.

D’autres en ont fait les frais avant nous. Ce sont la Poste, France télécom, la SNCF et tant d’autres.

Le mal être ressenti par les agents est réel et vous ne pouvez plus l’ignorer. Les agents se sentent désabusés et  surtout méprisés.

Mais toujours adoré quand il s’agit de s’afficher.

Nos officiers souffrent, nos personnels administratifs et techniques souffrent, nos sapeurs-pompiers professionnels et volontaires souffrent mais vous ne regardez pas, vous n’entendez pas.

Nous, pompiers professionnels et volontaires, assurons quelques 70.000 interventions par an. Nous œuvrons pour votre sécurité 24h/24, 7j/7 et 365 jours par an.

 

La qualité du service de secours que nous rendons est aujourd’hui menacée par un règlement opérationnel contraint budgétairement.

Quelle justification donnerons nous à une famille déchirée si nous arrivons trop tard ou pas assez nombreux?

Comment vos pompiers vivront ils psychologiquement après ces interventions??

Monsieur le Président, mesdames messieurs les élus, aujourd’hui nous voulons garantir une qualité de service de secours aux mosellans en poussant notre organisation vers le haut.

Aujourd’hui c’est plus de 70% des personnels du SDIS qui s’adressent à vous, par notre représentativité univoque.

Monsieur le Président, mesdames messieurs les élus, vous ne pouvez plus ignorer la situation.

Merci de votre attention

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *