Déclaration CFDT CGT et FA au CASDIS du 16 décembre 2019

Monsieur le représentant de l’Etat, Monsieur le PCASDIS, mesdames messieurs les élus du département, communes et EPCI, monsieur le trésorier, mesdames messieurs les représentants des sapeurs-pompiers, professionnels, volontaires, mesdames messieurs les personnels Administratifs Techniques et Spécialisés,

Mesdames, messieurs,

6 mois !!!! 6 mois que tous les pompiers de France sont en grève et à ce jour, pas une avancée significative sur nos revendications. Pourtant, lorsque l’on vous écoute, toutes sont légitimes et certains d’entre vous les soutiennent d’ailleurs.

Depuis trop longtemps s’opère un jeu de ping-pong entre l’état, les financeurs représentés par vos associations l’ADF et l’AMF, et à l’arrivée nos employeurs locaux, c’est à dire VOUS!

Les pompiers sont las, usés, fatigués de tous ces discours et promesses qui ne se traduisent jamais par des actes!

Vous, monsieur le représentant de l’Etat dans ce département rappelez les engagements pris par le Ministre de l’Intérieur, Christophe CASTANER, à Vannes le 20 septembre dernier, celui-ci nous a indiqué estimer légitimes nos revendications dans le cadre de la grève nationale. Qu’attend-il pour ne pas céder au chantage des financeurs.

Il est grand temps de cesser ces parties de ping-pong, chacun doit prendre ses responsabilités, l’Etat qui réglemente et fait légiférer, les organisations représentatives des financeurs qui freinent!

Pour rappel, ces revendications visent nos conditions de départ en retraite, la revalorisation de notre Prime de Feu, la nécessité de recrutements massifs d’agents statutaires dans les SDIS, le retour aux missions d’urgence ou encore, prioriser les préoccupations relatives aux questions de protection de la santé et de la sécurité pour les agents des Services Départementaux d’Incendie et de Secours.

Depuis toujours, les SP comblent tous les manquements des autres services publics (désertification médicale, carence d’ambulances privées, de forces de l’ordre, d’aide à la personne, des services de voirie et j’en passe).

Ce constat est presque aussi vieux que notre métier mais, nous l’acceptons parce que c’est notre engagement.

Pour autant, cet engagement est un peu plus émaillé chaque année par des décisions prises ici, allant de la suppression de logement de service sans compensation d’effectif, aux mutations imposées, ou à la baisse de notre qualité d’intervention avec l’application du nouveau règlement opérationnel.

C’est d’ailleurs pour ces raisons que les agents du SDIS de la Moselle sont autant mobilisés.

Que retrouve-t-on au menu de revendications aujourd’hui ?

Temps de travail, fin de période transitoire de la filière de 2012 et règlement opérationnel.

Le trio gagnant des revendications depuis la départementalisation qui conduit toujours à vouloir faire des économies de personnel et dégrade quotidiennement nos conditions de travail.

1) Le Temps de Travail :

Vous allez nous dire, ils veulent quoi encore ces pompiers ???

Et bien c’est très simple mesdames et messieurs les membres du CA, ce que les organisations syndicales vous ont réclamé depuis au moins 2004, le respect de la Directive européenne 2003-88.

Mais qu’a t’on fait depuis 2004 ??? Nos syndicats rappelaient régulièrement la nécessite d’évoluer vers le respect de cette directive et pourtant vous avez continué à faire travailler certains agents jusqu’à 96h sur 7 jours.

En 2020, les agents continuent à travailler jusqu’à 72h sur 7 jours et bien sûr pour 16h de rémunération pour 24h travaillées.

Nous en profitons pour souhaiter un bon rétablissement à notre collègue de Metz blessé au feu, la semaine dernière, après 73h de travail en 7 jours.

Fin 2018, après une année à se faire balader en réunion de dialogue social, en groupe de travail, nous n’avons cessé de rappeler la nécessité de respecter le 48H glissant. Quand nous découvrons le planning 2019… Aucune évolution !!!

Le régime mixte est figé, sans respecter les prescriptions minimales de santé et de sécurité relatives au temps de travail et cela pour plusieurs années, preuve en est la rédaction du protocole.

En juillet 2019, le tribunal administratif de Strasbourg vient confirmer ce que nous vous annoncions depuis plusieurs années, y compris votre décompte sur la maladie et les accidents de travail.

Vous nous avez manipulés en nous faisant croire que le 48h sur 7 jours sera respecté !!!! Et pire encore, vous vous asseyez sur les décisions de justice, et aujourd’hui vous nous parlez de CONFIANCE, on y reviendra encore…

2) Avancement et liquidation de la fin de la période transitoire de la filière de 2012 :

La filière de 2012 avec sa période transitoire de 7 ans et demi !!!!  Vous en entendez parler depuis 2012.

Elle a d’ailleurs fait couler beaucoup d’encre au niveau national comme au niveau local entre les manifestations et les grèves…

C’est une filière passée en force au niveau national, signée par des OS non représentatives et qui a déjà coûtée très cher aux SDIS.

En Moselle, elle a fait l’objet de 2 protocoles, le premier a permis de régulariser au grade de Sergent et le second, visait les régularisations d’Adjudants. HAAAAA !!!

Les fameux sergents INC2 qui exercent les fonctions de chef d’agrès tout engin !!!

Cette redondance dans nos revendications vous fatigue ? !!!

Nous, c’est la considération que vous avez pour ces agents qui nous afflige.

Aucune reconnaissance, aucune considération.

Vous avez balayé d’un revers de main la clause de revoyure inscrite dans le protocole de 2014. Elle devait permettre, ne nous voilons pas la face, de régulariser les situations avant le 31/12/19. C’est bien pour cette clause de revoyure en 2017 que nos organisations syndicales ont signé une sortie de crise en 2014.

Monsieur le Président, nous avions CONFIANCE, le dialogue social en a décidé autrement

La question que vous devriez vous posez mesdames et messieurs les membres du CA, ça n’est pas de savoir ce que ça coute de nommer ces chefs d’agrès tout engin Adjudant mais plutôt à quoi ils servent, quelle est leur plus-value technique, managériale et opérationnelle qu’ils apportent ??

Ces personnels sont formés, vous avez investi en eux pour les rejetés aujourd’hui.

Ces agents ont commandé, pour certains depuis plus de 10 ans, des engins d’incendie, ils ont protégé des biens, des intérêts économiques, notre patrimoine et même, sauvé des vies, tout en protégeant celle de leur personnel.

Aujourd’hui, vous allez leur supprimer leurs fonctions. Pour autant, vous avez besoin de chef d’agrès tout engin et pour cela vous formerez en 2020 jusqu’à 100 chefs d’agrès incendie SPV, c’est ressenti comme une humiliation et une perte de repère par ces personnels qui ont tant donné au service…

A l’heure où la réalité du RO c’est de faire les interventions dans les mêmes délais mais avec moins de personnel, c’est les compétences de ces agents, lorsqu’ils sont conducteur ou chef d’équipe qui fait la différence.

Nous parlons ici d’efficience mesdames et messieurs les élus… C’est ça un Sergent INC2 aujourd’hui, et vous allez les assassiner, parce que ces agents là, vous les aurez perdus.

Nous ne faisons pas la manche, nous ne sommes pas à la messe et nous ne faisons pas nos courses non plus ; comme aime à le dire M. le Président à la lecture de nos revendications …

Nous revendiquons qu’une chose mesdames et messieurs les membres du CA, votre reconnaissance pour ces agents, pères et mères pour la plupart, en les nommant avant la fin de cette année.

Quant est-il des agents ayant obtenu le concours ou l’examen professionnel de sergent ? Un des plus durs de toute la fonction publique pour des simples catégories C et qui risque de perdre le bénéfice de leurs efforts sans justification.

Et que dire des nominations de caporaux chefs, comble de la démotivation pour des agents ayant plus de 10 ans d’ancienneté, il s’agirait là d’une juste reconnaissance pour un grade sans responsabilité.

7 années sont passées et vous n’avez pas réglé cette période transitoires, et laissé pourrir la situation des carrières de vos agents. La balle est dans votre camp ; nous sommes lasses de vos fausses déclarations d’amour.

3) Recrutement :

Revenons juste sur le rapport de la cour de comptes de 2010… ce rapport est clair, nous pouvions ou devions être au minimum 836 professionnels il y a presque 10 ans…

Vous avez mis fin aux logements pourtant bien utiles aujourd’hui, laissant près de 28 ETP en moins et le seul passage en régime de travail de 12H des SP en régime mixte actuel nécessite 1/3 d’embauche pour conserver les effectifs de ces unités!!!

Et tout cela en n’oubliant pas le constat de 2014 du manque d’effectif journalier dans les centres de secours.

 A cela, vous rajoutez la situation critique des pompiers volontaires avec la fin des gardes postées, la position des astreintes qui reste encore à éclaircir (temps de travail ou pas ??) et là on en arrive sans aucune prétention à un minimum de 150 recrutements.

Les effectifs journaliers ne sont plus là !! Des centres de secours comme Thionville qui se retrouvent à 10 au lieu de 16, Forbach parfois à 4 au lieu de 16, Hayange à 2 un samedi soir !!!!  Et que dire de Metz à 19 au lieu de 32 !!!

Vous avez modifié le règlement opérationnel, qui arrive comme le saint sauveur, mais ne vous méprenez pas, il n’y a pas d’avancée pour la qualité des secours de notre département.

Les véhicules incomplets, la re-couverture opérationnelle, les carences d’effectifs de tous les centres de secours  …… sont devenu notre quotidien.

Les conséquences, des délais rallongés, des renforts trop longs etc… tout ceci nous met en danger et nous n’arrivons plus à assumer correctement la sécurité des mosellans et, pire encore, notre propre sécurité en intervention.

Vous avez pris responsabilité de la Réponse Opérationnelle puisque vous avez su passez ce dossier en force !!!!

Alors non !!!  Nous n’avons pas refusé le recrutement de sapeurs-pompiers professionnels. Qui pourrait être dupe à ce discours relayé par nos chefs de centres aux ordres du Président.

Nous conclurons sur la confiance

Effectivement, nos organisations syndicale CFDT, CGT et FA et nos mandants, avons perdu toute confiance en notre administration, nous vous avons cité quelques exemples. Si Dialogue Social il y a, ce n’est qu’une façade, qui vise uniquement à faire adhérer les OS, où seul les idées de l’administration sont entendables.

Les objectifs sont fixés, le cap est donné et quoi qu’il arrive il faudra que ça passe, de gré ou de force, le Règlement Opérationnel, le temps de travail sont des exemples …

Alors oui mais il y a un ‘’mais’’… nous n’avons plus 20 ans, des couleuvres, on en a avalée, suffisamment… Ces méthodes de travail, nos 3 Organisations Syndicales ne les accepteront plus.

Il faut nous écouter et rétablir la confiance !

En amour, les actes sont plus forts que les paroles et les promesses, sinon les sirènes de vos pompiers continueront de vous chanter toute leur affection…

A vous de décider ! L’intersyndicale a pris ses responsabilités et continuera dans un mouvement qui ne peut désormais que se durcir face aux mépris qui nous est renvoyé!

Merci pour votre attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *