Courrier au Préfet de la Moselle gréve et continuité du service public le 22 juillet 2019

Metz, le 22 juillet 2019

Monsieur le Préfet de la Moselle 9 place de la préfecture
57000 Metz

Monsieur le Préfet

Le 4 juillet nous vous adressions un courrier sur la situation du SDIS 57 et plus
particulièrement sur la continuité du service public de secours.

A ce jour, nous sommes toujours sans réponse de votre part, pourtant les modalités
d’application ne respectent pas la décision du juge administratif.

Les effectifs minimum sont quant à eux définis au petit bonheur la chance et les délais
d’interventions que nous tenions auparavant ne sont plus tenus.

Les effectifs fluctuent en fonction de l’humeur de l’officier CODIS Pour exemple :
– Metz de 19 à 26 alors que l’effectif minimum applicable au RO est de 32,

– Thionville de 10 à 13 alors que l’effectif minimum applicable au RO est de 16,

– Forbach de 4 à 8 alors que l’effectif minimum applicable au RO est de 16 Ceci est valable pour
tous les centres de secours du département.
Les dégradations du service sont quotidiennes, pour exemple depuis le 18 juillet 2019, (voir note
jointe) un départ incendie peut être constitué à 4 en fonction de la nature de l’intervention.

Pourtant l’article R1424-42 du CGCT précise que tout départ incendie doit être de 6 sp minimum.
La direction se sert du prétexte de la grève pour fragiliser les effectifs des centres de secours.
Le droit d’expression est aussi bafoué, les consignes étant de faire enlever toutes
banderoles, même si elle est sur la voie publique.

Syndicat CGT. des Agents du SDIS 57
UD CGT 10 rue de Méric 57050 METZ tel :03 87 75 19 53
Internet : www.cgtsdis57.com mail : contact@cgtsdis57.com

Jamais les agents n’ont été aussi mal traité, et le sentiment d’injustice grandit quand les
officiers demandent de laver les véhicules alors même que vous venez de faire paraitre un arrêté
limitant le lavage des véhicules.

Notre administration se doit de montrer l’exemple.

Exemplarité que notre direction met en avant mais refuse d’appliquer.

La situation est délétère, la répression, les menaces de sanctions n’ont pour effet que d’augmenter
le sentiment d’injustice et d’oppression.

Concernant le temps de travail, les personnels amenés à remplacer les grévistes explosent les
prescriptions minimales de sécurité.

Le temps de travail des professionnels dépasse les 48h sur une période de 7 jours et certains
pompiers volontaires effectuent pas loin de 90h par semaines sans respecter ni le repos de
sécurité, ni les repos de 11h journaliers obligatoires.

Nous faisons une nouvelle fois appel à vous afin de faire respecter le droit des agents pour que
nous puissions assurer le service public pour lequel nous nous sommes engagés.

C’est pourquoi, nous vous sollicitons pour un entretien afin que vous vous placiez en médiateur
pour que le service de secours retrouve une situation apaisée.

Dans cette attente urgente, veuillez recevoir, Monsieur le Préfet, l’expression de nos sentiments
respectueux.

Pour le syndicat CGT du SDIS 57 Le secrétaire général

Pj : Courrier du 4 juillet 2019 Jugement droit de greve
Note de service opérationnelle du 18 juillet 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *