Compte rendu de la réunion dialogue social du 19 octobre 2018

Compte rendu de la réunion dialogue social du 19 octobre 2018

Début de réunion 9h30:

Présents:

Pour l’administration:  Cdt KILHOFFER, Cpt KREMER, Mme KENENS-SCHWARTZ

Pour la CFDT : M. LEIDIG et DAUB,

Pour le SNSPP : M. KAM

Pour la FASPP : M. WILLWOHL,

Pour Avenir au secours : M. JOSEF

Et pour la CGT : Michaël FERRY et  Jean-Yves NEGUIN.

  • ICP :

Le SDIS constate qu’il y a énormément de sp de la Moselle qui sont en surcharge pondérale morbide. (plus de 1000 SP n’avaient pas réalisé leurs ICP en 2017,  210 SP étaient à haut risque cardio-vasculaire (palier <5 et IMC >30)

Des pistes d accompagnements de ces agents sont abordées mais des décisions dans ce domaine n ont pas été clairement définies et arrêtées par le service.

Le SDIS souhaite laisser à la responsabilité du chef de centre l’aptitude opérationnelle d’un agent, quel que soit le résultat de l’avis médical.

Nous nous interrogeons sur l’utilité de la médecine d’aptitude.

Si cette dernière a un avis médical tranché sur un agent et que le chef de centre prend une décision contraire ?
L’administration constate que les problèmes d’ICP et de surcharge pondérale concernent surtout les spv.

Nous lui répondons que ce n’est pas en faisant des campagnes de recrutement  « spv », considérant que n’importe qui peut devenir pompier, que l’on va encourager la pratique du sport dans nos rangs y compris pour les spp!

Si le service n’exige rien ou très peu d’un SPV, comment peut on avoir des exigences envers un professionnel ?

Nous faisons le même constat au sujet des manœuvres, d’autant que compte tenue de l’activité opérationnelle et des contraintes de services dans les centres, ce phénomène constitue un réel facteur de démotivation pour les professionnels !

Nous notons par ailleurs, que le SDIS ne fournit plus de chaussures de sport à ses agents.

  • Toxicité des fumées

Le SDIS fait un travail sur cet énorme dossier et cherche des solutions pour     qu’un agent rentrant d’un feu n’ait pas  à se contaminer et à contaminer, les autres, les engins et les locaux.

Ce point concerne autant les feux de grande ampleur que les feux simples.

En effet, dorénavant il convient de penser à se doucher, faire nettoyer ses EPI, faire nettoyer le matériel et les engins.

Une nouvelle fois, tout ceci n’est pas sans conséquence sur notre organisation et notre disponibilité opérationnelle que nous devons aux citoyens mosellans.

La taille de la barbe est un sujet, mais ne semble pas être la priorité de cette thématique.

  • Temps de travail 

La CGT, comme la CFDT, revient sur le compte rendu du dsd du 12 septembre et tient à apporter des modifications

En ce qui nous concerne, nous considérons que Metz  peut passer rapidement en douze heures à la condition que les centres environnants tels, Montigny, Courcelles Chaussy, Hagondange, Boulay, Bouzonville etc. soient fortement renforcés en effectif.

La très forte activité opérationnelle du CIS Metz est en grande partie due au défaut d’effectif des centres satellites.

Il n’est pas question, mais surtout pas cohérent de transférer des effectifs de Metz sur Montigny.

Il n’y a aucune logique, sauf politique, de  déshabiller Pierre pour pouvoir habiller Paul sauf à augmenter les délais d’interventions.

L’administration reste sur le principe de ne rien changer au temps de travail pour le premier semestre, sauf peut-être de petits ajustements et laisse planer l’incertitude quant au passage en douze heures dès le deuxième semestre !

Une rencontre entre les syndicats et le PCASDIS prévue à la mi Novembre devrait nous apporter une annonce sans précédent… ou pas….

Double statut :

Le conseiller social nous informe que le SDIS 57 va veiller aux pratiques concernant le double statut et réfléchit également à limiter les gains issus des gardes postées pour l’ensemble les sp du département. (Encore une piste d’économie sans veiller aux conséquences…)

Nous précisons que la récente décision de la cours de justice de l’Union européenne va modifier clairement le paysage du SDIS.

Par ailleurs, le 20 mars dernier, suite à un CHSCT, notre centrale syndicale posait cette problématique en débat à l’attention de l’ensemble des membres du CHSCT.

Le 19 octobre nous sommes sans aucun retour !

Nous rajoutons que le rapport de la Cour des Comptes datant de 2008 pose également un regard sur ce point .Depuis ce temps, rien n’a vraiment changé !

Fin de Réunion 12 h 45

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *